Juancitucha

Juancitucha

BHL | Claude Allègre | Marie-Luce Penchard | Police partout | Quick | Action discrète | Régionales 2010 tribune Massacres, disparitions : la face noire de la démocratie au Pérou

Le 2 janvier 2010, la cour suprême du Pérou a confirmé la condamnation d'Alberto Fujimori à vingt-cinq ans de prison pour violations des droits de l'homme. Un arrêt historique : pour la première fois en Amérique latine, un ex-président élu est condamné pour violations des droits de l'homme après avoir été extradé et jugé dans son propre pays.

La justice péruvienne considère en effet l'ancien président du Pérou (de 1990 à 2000) comme l'instigateur de crimes commis par un escadron de la mort, le groupe Colina.

Composé exclusivement de militaires appartenant au service des renseignements, ce groupe est responsable de disparitions et d'assassinats perpétrés au nom de la lutte contre le terrorisme au cours de la guerre qui a opposé les forces armées péruviennes à la guérilla maoïste du Sentier lumineux entre 1980 et 2000.

Une guerre interne qui, selon la Commission vérité et réconciliation, a fait près de 70 000 victimes. Si ces morts et disparus péruviens n'ont jamais fait la une des médias -pas même au Pérou- c'est parce que les trois-quarts d'entre eux sont de jeunes paysans indiens, originaires des départements les plus pauvres du pays.


Lire la suite de l´article sur Rue89



17/02/2010
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres