Juancitucha

Juancitucha

A Lima, des jeunes délinquants se voient offrir une alternative à la peine de prison

Un polo trop large, des cheveux noirs qui lui tombent sur les yeux... Abel a tout de l'adolescent typique de Lima. Son visage enfantin est pourtant trompeur : à 17 ans, ce garçon a déjà beaucoup vécu. Dernier d'une famille sans argent, il a connu la rue, ses drogues et ses mauvaises fréquentations. Il y a trois mois, Abel s'est retrouvé au commissariat. "J'ai été arrêté pour avoir volé une paire de baskets", confie-t-il.

http://pubs.lemonde.fr/5/INTERNATIONAL-LEMONDE/articles_amerique/exclu/256941023/Frame1/OasDefault/mia_autopromos_edabo_lientexte/consultez_les_dossiers.html/62653238653830323461353864643230?&_RM_EMPTY_

La délinquance, premier souci des Liméens

Selon une enquête publiée par le quotidien El Comercio au mois de janvier, la délinquance vient largement en tête de préoccupations des habitants de Lima. Pour 66 % des Liméens consultés, leur principal souci est la criminalité, suivi par la vente de drogues (38 %). Ces deux questions précèdent la pollution (30 %), la prostitution sur la voie publique (28 %) ou les problèmes du trafic automobile (25 %) et des transports publics (22 %). Toutefois, Lima ne figure pas parmi les métropoles d'Amérique latine où l'explosion du nombre d'homicides a fait de l'insécurité un défi majeur pour les pouvoirs publics.

Normalement Abel aurait dû se retrouver à Maranguita, un centre correctionnel pour mineurs, surpeuplé. Mais dans le quartier pauvre d'El Agustino, où il réside, les choses sont différentes. Depuis 2005, la fondation Terre des hommes-Lausanne, associée à l'association locale Encuentros ("Rencontres"), a convaincu les autorités d'éviter de condamner les mineurs à une peine de prison dans la mesure où le délit n'est pas trop grave, et de les soumettre à un programme de "justice juvénile réparatrice" visant à les réinsérer dans la société.

"L'idée est qu'il existe des alternatives à la correctionnelle, moins chères et plus efficaces, justifie Jean Schmitz, le délégué de Terre des hommes au Pérou, à l'origine du programme d'El Agustino. L'une d'entre elles est la figure juridique de la "rémission", qui consiste à ce que le mineur ne soit pas soumis à un processus pénal, mais participe à un programme d'orientation socio-éducatif mis en place par des professionnels."

Tout commence au commissariat, dès l'arrestation du mineur, par une rapide évaluation de sa situation et de la gravité du délit commis : en cas de viol ou de meurtre, l'affaire est de toute façon transférée devant la justice pénale. Ensuite, l'équipe d'intervention de Terre des hommes, composée d'un avocat, d'une assistante sociale et d'un psychologue, fait une suggestion aux autorités judiciaires. "Si le jeune est d'accord, on propose que le programme le prenne en charge", explique l'avocat Vladimir Rojas. Quelques heures après avoir été arrêté, Abel est donc retourné chez lui, non sans s'être engagé de manière écrite, avec l'appui de son père, à faire partie du programme "justice réparatrice".

Depuis, sa vie a changé. "J'ai repris l'école", raconte le garçon, qui a pu avoir accès à un établissement comprenant des classes adaptées aux jeunes en difficulté. Il a aussi accepté un poste de jardinier à la municipalité. "Abel a toujours travaillé pour survivre, mais c'est la première fois qu'il prend un emploi l'obligeant à suivre les règles de l'employeur, à avoir des horaires, des collègues", se félicite Alexis Cucho, un des éducateurs.

Ateliers, sessions en groupe : l'équipe d'encadrement met au point pour chaque mineur un programme d'orientation basé sur les problèmes de l'adolescent, mais aussi sur ses points forts et ses centres d'intérêt. "Tout cela nous aide à capter son attention et à l'atteindre", détaille M. Cucho. Son but ? Que l'adolescent se rende compte du mal provoqué par son geste. Mission accomplie dans le cas d'Abel, qui reconnaît depuis peu sa responsabilité dans le vol des baskets.

"Il a pris conscience de ce qu'il avait fait le jour où il a joué le rôle de la victime", raconte l'éducateur, qui cherche ainsi à ce que le mineur change d'attitude. Certains rechutent avant de prendre conscience de leur situation. "Parfois, les gens ne comprennent pas, et disent que l'on soutient des délinquants qui continuent de voler, mais c'est tout un processus de changement qui n'a pas lieu du jour au lendemain", explique M. Cucho.

Un travail est fait en parallèle avec la victime. "Au début, pour lui expliquer sa situation juridique, mais aussi qui on est", affirme Marjorie Vegas, de l'équipe de soutien à la victime. Parfois, au terme du processus de réhabilitation de l'adolescent, une rencontre est organisée avec la victime pour que les deux personnes s'expriment. "Cela n'arrive pas souvent, mais quand cela a lieu, la victime finit généralement par comprendre ce qui a poussé le jeune à mal agir, et accepte ses excuses", sourit Mme Vegas.

En quatre ans d'existence, le programme mené à El Agustino, mais aussi dans la ville de Chiclayo, au nord du Pérou, a assuré une aide juridique à 1 000 mineurs, dont 600 ont pris part au programme. Depuis 2005, seuls 7 % ont récidivé. "Avant le programme, le taux de récidive à El Agustino était de 56 %", assure le commandant de la police, Daniel Llaury.

Combien rechutent en sortant de Maranguita ? Les chiffres ne sont pas connus. On sait, en revanche, que 98 % des Péruviens de 18 ans à 21 ans incarcérés dans la prison de San Juan de Lurigancho, à Lima, sont déjà passés par un centre correctionnel. "Quand les gens me disent qu'il faut "tous les mettre en prison", je leur dis d'en visiter une et ils verront une école de la délinquance dont les jeunes sortent encore plus violents", plaide Jean Schmitz. Un congrès mondial vient de se tenir à Lima sur les expériences de "justice juvénile réparatrice".

Face au succès de Terre des hommes, le ministère de la justice s'est engagé à verser 400 000 soles (100 000 euros) en 2010 pour étendre le programme à trois nouveaux districts de Lima, et continuer le travail de sensibilisation auprès de la société. "Policiers, commerçants, associations, école, justice, tout le monde a un rôle à jouer dans la réinsertion, insiste la coordinatrice du programme d'El Agustino, Patricia Magallanes. Ces jeunes sont comme les autres, ils ont juste eu un peu moins de chance à un moment donné de leur vie."


Site de l'expérience au Pérou : www.justiciaparacrecer.org.

Chrystelle Barbier



16/11/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres