Juancitucha

Juancitucha

Des oeuvres de César Vallejo

César Abraham Vallejo Mendoza (le Pérou, 1892 – Paris, 1938) a pas été un grand poète, un narrateur et un journaliste péruvien, réfléchi le plus grand poète de son pays mais aussi l'un des grands innovateurs dans la poésie du XXe siècle. On a l'habitude de le lier alternativement avec le groupe "Le Nord" – Antenor Orrego, José Eulogio Garrido, Alcides Spelucín et Juan Espejo Asturrizaga - et avec intellectuel comme – José Carlos Mariátegui, Abraham Valdelomar, Luis Alberto Sánchez, Manuel González Prada, José Marie Eguren, et Juan Parra de l'Arrosage-.

Des recueils de poèmes

Il est considéré que dans la lyrique il est où Vallejo atteint le plus haut de sa capacité d'expression. Il a publié deux recueils de poèmes dans une vie et quelques ont été publiés de manière posthume. En ordre d'apparition, ceux-ci ont été :

Les hérauts noirs (1919) il lie Vallejo avec le modernisme latino-américain en même temps qui le montre en recherche d'une propre voix expressive. Certains des sujets qui se fréquentent sont la douleur, l'orphelinat, la mort, le foyer de l'enfance, de l'absurdité. La combinaison d'images de la vie quotidienne avec sujets de grande profondeur n'a pas été comprise dans un commencement par les intellectuels espagnols.

"Ce sont les chutes profondes des Christs de l'âme,
d'une foi adorable que le Destin blasphème.
Ces coups sanglants sont les crépitements
d'un pain qui dans la porte du four nous se brûle."

(Fragment du poème "Les hérauts noirs")

Trilce (1922) montre la consolidation du langage personnel du poète, en même temps qu'il se rend compte de l'empreinte du vanguardismo dans la littérature de l'époque. Le sentiment d'exclusion s'approprie au poète après les difficultés d'être accepté dans la société de Lima, la mort de la mère et un séjour dans la prison. Dans les poèmes hermétiques de ce recueil un prisonnier de l'existence le lit et déchiré par la douleur.

"Ah les murs de la cellule.
De celles-ci il me fait mal cependant, plus
longues deux qu'ils ont cette nuit
quelque chose de mères qui déjà mortes
ils portent par bromurados des pentes,
à un enfant de la main chacune."

(Un fragment du poème XVIII)

L'Espagne, il écarte de moi ce calice (1937), il a été publié d'une manière posthume, un an après la mort du poète. Dans ce recueil de poèmes, il exprime son amour par la Mère De la patrie et fait le portrait des horreurs de la Guerre civile Espagnole.

"Un prolétaire que tu meurs d'un univers: dans quelle harmonie frénétique
il achèvera ta grandeur, ta misère, ton remous impelente,
ta violence méthodique, ton chaos théorique et pratique, ton envie
dantesque, españolísima, d'aimer, bien qu'il soit à une trahison,
à ton ennemi!"

(Je fragmente de "l'Hymne aux volontaires de la République")

Des poèmes dans une prose. Des poèmes humains (1939), les poèmes publiés par l'épouse du poète sous le titre de Poèmes humains, qui à l'édition de l'oeuvre complète de Vallejo de 1968 a été divisé en ces deux blocs). Certains des poèmes avaient été publiés dans des revues. C'est une poésie sociale où le poète exprime sa position idéologique, en même temps que son style dense et hermétique conserve.

"Je veux écrire, mais une mousse me sort,
je veux dire beaucoup et m'atollo;
il n'y a pas de chiffre parlé qui n'est pas suprême,
il n'y a pas de pyramide écrite, sans coeur."

(Je fragmente "d'Intensité et de hauteur")

Une narration

Il a aussi publié quelques livres de fiction. De 1923 ce sont des Échelles melografiadas, des ateliers typographie du pénitencier, d'un livre de récits, certains avec de clairs traits des avant-gardistes. En 1923 il publie aussi le court roman Imitation de l'espagnol ancien sauvage, de caractère psychologique, dans lequel Vallejo s'approche du genre fantastique. Vers le royaume des Sciris, un court roman de sujet incaico, liée au modernisme, n'a pas été connu mais d'une manière posthume.
Avec Le tungstène, le roman de 1931, on apprécie l'influence que le marxisme a eu sur Vallejo. L'oeuvre s'inscrit dans le soi-disant Réalisme Socialiste. De la même manière, le récit Paco Yunque, qui est lu aujourd'hui dans toutes les écoles du Pérou.

D'autres publications

Vallejo a publié une quantité importante d'articles, certains d'entre eux réunis dans Contre le secret professionnel (à ce qu'on suppose écrit entre 1923 et 1929) et L'art et la révolution (un écrit entre 1929 et 1931), où il reflète son caractère marxiste et révolutionnaire (le fait qu'il a occasionné qu'aucune maison d'édition espagnole de l'époque n'acceptera de les publier). Ainsi aussi il a écrit une paire de chroniques ensayísticas : La Russie en 1931. Des réflexions au pied du Kremlin (1931) et la Russie devant le deuxième plan quinquennal (terminé en 1932 mais publié en 1965).
Quelques réalisations se conservent de l'auteur, aucune n'a été présentée pour la première fois ou publiée dans une vie. Ils sont apparus en 1979 dans la compilation le Théâtre complet, édité par Enrique Ballón Aguirre.



28/12/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 64 autres membres