Juancitucha

Juancitucha

Donner un titre de propriété légale aux propriétaires de logements dans les quartiers informels du Pérou

Les collines désolées des alentours de Lima, au Pérou, sont parsemées de lotissements sauvages. Des habitations faites de morceaux de bois, de blocs de ciment et de briques s'étendent jusqu'à l'horizon. Chaque mois en voit d'autres sortir de terre et les enfants de ces quartiers, souvent, ne vont pas à l'école pour garder la maison familiale pendant que leurs parents vont travailler. En effet, une maison qui resterait vide, même un seul jour, pourrait être saisie d'office par d'autres sans abris.

Les statistiques de la population fournissent l'explication de ce phénomène. Depuis 1960, la population de Lima a quadruplé pour atteindre aujourd'hui près de 6 millions.

La plupart de ces nouveaux logements ont été construits sans aucun droit légal. En fait officiellement, ils n'existent pas. Sans titre de propriété, leurs propriétaires ne peuvent pas utiliser leurs logements comme garantie pour emprunter l'argent qui pourrait les aider à sortir de la pauvreté.

Vers le milieu des années 1990, les résidents des quartiers informels du Pérou avaient environ l'équivalent de 20 milliards de dollars EU en capitaux somnolents. Sans enregistrement légal de leurs propriétés, ils ne pouvaient tirer aucun parti des actifs dont ils disposaient.

En 1998, la Banque mondiale a approuvé un prêt de 38 millions de dollars EU destiné à appuyer l'enregistrement légal de 960.000 propriétés urbaines au Pérou. Plus de 1,3 millions de propriétaires ont ainsi enregistré leur propriété depuis ce moment, et la demande ne cesse de croître.

La Comision de Formalizacion de la Propiedad Informal, qui gère le projet, utilise le théâtre populaire et se rend à tous les festivals organisés localement dans les Barrios pauvres pour encourager les gens à enregistrer leurs propriétés, et par conséquent à bénéficier du programme de micro-crédit qui y est associé. Mais le bouche-à-oreille est tout aussi efficace pour diffuser cette information, vu que les bénéficiaires eux-mêmes sont les plus grands supporters du projet.

Nicomedes Mejia et sa femme Adela Espinoza ont vécu dans le quartier urbain de Tacala à l'extérieur de Lima pendant plus de 15 ans avant d'obtenir le titre de propriété de leur maison avec l'aide du projet. Disposant aujourd'hui d'un titre reconnaissant leur droit de propriétaire, ils utilisent la valeur nette de leur logement comme garantie d'une hypothèque prise par leur fils Luis, un enseignant, pour construire l'école du quartier.

Aujourd'hui des milliers d'autres, à l'instar de Nicomedes et d'Adela, sont devenus les propriétaires légaux de leur maison et l'ont utilisée comme garantie pour démarrer des petites affaires, qui vont de l'atelier de réparation de matériel électrique à la boulangerie et aux restaurants de quartier. 


18/08/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres