Juancitucha

Juancitucha

Le charango



Partagez cet article :           




HTML clipboard

Emblématique de la musique sud-américaine au même titre que la kena et les zampoñas - flûtes indiennes des Andes - le charango accompagne la musique des Andes
 


 

Le charango est un instrument de musique à cordes pincées inspiré du "vihuela". Cette instrument s'est répandu dans tous les pays andins : Argentine, Chili, Pérou.
 


 

On y joue essentiellement la musique folklorique des pays andins : carnavalitos, bailecitos, huaynitos, cuecas, yaravíes.


 

Sur l'origine du nom, il existe différentes hypothèses. La plus probable est liée au vocable quechua "ch'ajray" qui fait référence à la manière de jouer et de faire des accords sur la "vihuela"; on dit avec admiration de quelqu'un qui joue très bien de cet instrument
"sumaj ch'ajranku". Actuellement les paysans ne prononcent pas "charango" (qui serait alors une déformation) mais "ch'ajranku".
 


 

Les premiers charangos étaient construits en utilisant une carapace de tatous de petite taille, appelés en indien kirkincho, comme caisse de résonance.
 


 

Il est monté de dix cordes (cinq doublées) en nylon (voire en boyaux ou en métal). L'ordre des cordes est atypique : la corde la plus grave est  le MI (corde 3a), puis sol (5e cordes), la (2e cordes), do (4e cordes) et mi (1res cordes et corde 3b). Le chevillier peut être soit à l'ancienne, soit moderne, avec des chevilles soit à friction, soit à mécanisme.
 


 


 


A la campagne et dans les villes minières on respecte strictement le calendrier des fêtes. Il existe par exemple un accordage ou "temple pascua" (accord pâques) utilisé depuis le carnaval jusqu'à Pâques; après quoi, le 3 mai, fête de la croix, on utilise le "Kimsa temple". Ces accordages s'accompagnent de leurs rythmes caractéristiques. Quand le charango chante ou fait la mélodie, on parle de "temple diablo" ("accord diable" très répandu dans les villes minières de Llallagua, Siglo XX et Chayanta.


 

En février 2008, pendant mon séjour, Wilson Hermosa, l'un des fondateurs, des piliers du groupe Los Kjarkas est décédé à Cochabamba. C'était ausiiun grand défenseur du charango




24/08/2008
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 73 autres membres